Le gouvernement selon M. Fabius...

Publié le par Cacambo

Il aura donc fallu un sondage mettant M. Hulot à 66 % en tant que "personnalité représentant le mieux la défense de l'environnement pour la présidentielle" pour que M. Fabius, illuminé par la grâce, lui propose presque le jour même un poste de "ministre d'Etat, n°2 du gouvernement" (excusez du peu). Il démontre ainsi brillamment :

a) que sa préoccupation pour l'écologie (et évidemment pour le reste) est directement corrélée à la courbe des sondages (à l'instar sans doute de son souci du maintien d'EDF dans le secteur public que l'on avait pas compris aussi sensible au temps où l'intéressé, ministre des finances du gouvernement Jospin, plaidait pour la mise sur le marché de la même entreprise).

b) que la composition de son futur gouvernement (et son programme de travail) n'est aucunement liée à des considérations aussi bassement matérielles que la cohérence politique ou l'accord très superflu des députés mais à la parution de la dernière cote de popularité IFOP ou SOFRES. Ses collègues du PS (et d'ailleurs) qui ont peut-être quelques idées sur l'écologie et qui, légitimement ou non, briguaient le poste, mais dont la cote dans l'opinion est probablement équivalente à celle de mon canari apprécieront à sa juste mesure...

c) que compte tenu de ces mêmes sondages, on peut sans grand risque estimer que Zizou, en tant que ministre (d'Etat bien sûr) des sports et l'Abbé Pierre (même chose pour les affaires humanitaires) ont sans doute un bel avenir devant eux. On craint le pire au cas où un sondage devait démontrer la grande popularité de Rintintin dans l'opinion publique.

M. Fabius gagne donc brillamment le trophée du "que le meilleur perde" de la semaine (on n'est que mardi, je prends un risque).

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

ecotone 12/11/2006 22:52

Bonjour,
M. Fabius associe le desespoir et le jeu politique dans cette déclaration.
Désespoir car en bout de course à l'investiture socialiste : ses deux compagnons ont passé la ligne intermédiaire et se livrent le sprint final. Seul un improbale raccourci lui permettrait de rejoindre les échappés.
Jeu politique car faire de la politique, c'est se servir de l'opinion. C'est ici cette dernière carte de l'opinion qu'il joue sans conviction en espérant le miracle.
Un peu comme le joueur de poker quasi-liquidé et emprunt d'une certaine lassitude qui mise son tapis sans que son jeu ne suive.
http://ecotone.blogspace.fr/

Lecteur moqueur 08/11/2006 12:38

"b) que la composition de son futur gouvernement (et son programme de travail) n'est aucunement liée à des considérations aussi bassement matérielles que la cohérence politique ou l'accord très superflu des députés mais à la parution de la dernière cote de popularité IFOP ou SOFRES."Je vous trouve un peu cruel. Après tout, l'entrepreneur qu'est aussi Nicolas Hulot a certainement été à l'origine de plus de création de richesses ou d'emploi que la plupart des ministres de l'économie des 20 dernières années avec ses shampoings et les produits dérivés de ses émissions. Il est donc probablement tout à fait qualifié pour réconcilier économie et écologie, ce qui me semble être un poste de numéro 2 plus pertinent que ministre de la police, des préfets, et des collectivités territoriales.

Cacambo 10/11/2006 23:09

N. Hulot n'est pour rien dans cette distinction qui ne revient qu'à L. Fabius... lequel semble bien avoir "découvert" N. Hulot à la seule lumière aveuglante des sondages... Tout en critiquant le "populisme" de S. Royal.