Sortie de coma ?

Publié le par Cacambo

Après deux années et quelques de sommeil prolongé, je m'interroge sur un éventuel réveil bloggesque.

Durant ce temps, j'ai rédigé quelques billets dont, pour diverses raisons, je n'ai pas jugé utile la publication (parfois simplement parce qu'ils n'ont jamais été achevés).

En les relisant ce soir, je m'aperçois qu'avec le recul ils ne se révèlent finalement pas trop décalés par rapport à l'évolution des choses. Il est vrai qu'ils ont été suffisamment peu nombreux pour être réfléchis (mais ce n'est pas toujours une garantie de qualité !)...

Parmi cette production stockée à laquelle vous avez échappé, je note en particulier:

- une majorité de billets sur la politique économique et fiscale du gouvernement. Parmi eux, une série de coups de gueule sur la loi dite TEPA dont je pariais dès la fin 2008 que les différentes mesures (parmi lesquelles évidemment le "bouclier fiscal", mais pas seulement) ne passeraient pas la fin de la législature compte tenu de leur nullité aussi politique qu'économique... Malheureusement, je n'ai pour le moment eu que partiellement raison (on risque fort d'attendre 2012 pour revenir sur la quasi-suppression des droits de succession et sur l'exonération des heures supplémentaires).

- quelques billets sur la réforme constitutionnelle et notamment un pessimisme affiché sur les effets réels de la QPC sur l'état de droit ; je ne reviens pas sur ce pessimisme et sur le fait que cette réforme me semble (pour diverses raisons sur lesquelles je reviendrai sans doute un jour) une erreur ; mais force est néanmoins d'admettre noter que ce restera sans doute l'une plus grande réforme institutionnelle de notre pays sur les 25 dernières années. La gauche et l'opposition pourraient méditer ce point...

- plusieurs mots d'humeur d'actualité, plus ou moins bienvenus (c'est sur cette partie que le temps a fait oeuvre la plus sévère), sur les cigares de Christian Blanc (notamment) ou sur les trous de mémoire de la gauche... Avec une série récente sur les Roms dans laquelle, indépendamment des maladresses de style de la majorité (et ce n'est rien de le dire), je notais cette schizophrénie d'une certaine gauche consistant à se draper comme défenseurs de l'état de droit tout en s'indignant que l'Etat fasse exécuter les décisions de justice... C'est dans cette partie que je reconnais mon "plantage" le plus évident avec un billet rédigé au début de cet été dans lequel je prenais la défense d'E. Woerth et de son cumul trésorier de l'UMP / Ministre du budget ; je continue à penser que l'intéressé a plus été victime d'un procès en sorcellerie qu'autre chose et que ce prétendu "conflit d'intérêts" n'en est pas (tout homme politique a nécessairement un intérêt direct à ce que son parti affiche des finances prospères, le trésorier pas plus qu'un autre. La seule solution à ce conflit d'intérêts prétendu me semble donc être l'interdiction pour les hommes politiques de toute fonction ministérielle...) ; je reconnais néanmoins que je n'ai guère fait preuve de clairvoyance politique dans ce cas (il est vrai que je n'ai pas été aidé par la défense du principal intéressé et par la succession d'autres "révélations" mettant en exergue des points autrement plus discutables - même si, là aussi, les accusateurs me semblent avoir la mémoire assez courte (notamment en ce qui concerne les pratiques d'attribution de décorations...)

Au total, je constate qu'un certain pessimisme lié à mon caractère n'a en général pas été pris en défaut, bien au contraire, au regard de ce qui est advenu aussi bien sur le plan économique qu'institutionnel. Qu'on ne compte toutefois pas sur moi pour en accabler notre seul présidentissime ; à quelques rares exceptions près, tant la majorité que les oppositions (gauche, droite, centre) se sont révélées à la hauteur de la plupart des débats ouverts depuis 2 ans et de leurs conclusions : nulles.

Dans ces conditions, je me dis que, finalement, contrairement à ce que j'ai pu professer en son temps, je peux l'ouvrir sans complexe : ça ne sert évidemment à rien, mais ça soulage parfois et - pourquoi ne pas le reconnaître - cela permet le petit plaisir narcissique (et parfois malsain) du "je vous l'avais bien dit"...

Commenter cet article

psam 02/11/2010 10:34



Merci d'être revenu. Je découvre votre blog grace à Authueil, et il vient allonger la liste des sites utiles par leur diversité et leur contenu  (maitre eolas, koztoujours, arret sur
image, philippe bilger, maitre mo, lequipe.fr, rue89.. - il me manque un commissaire de police, et un chef d'entreprise)


Les échos entre vos commentaires sur E. Woerth, sa défense, et le dernier billet publié en 2008 sont savoureux (toute sa défense reposant sur "je n'ai rien fait d'illegal, donc je n'ai rien à me
reprocher"). Quant au conflit d'interet, il y a une différence nette entre être au gouvernement, être ministre du budget, et tresorier d'un parti. Je crois que le tresorier d'un parti ne devrait
jamais être au gouvernement, et encore moins au budget. Simple, applicable, réaliste.



X. 30/10/2010 11:08



Merci de cette réouverture ! Je ne l'espérais plus... Le flus RSS (que j'ai conservé !) restait désespérement vide ...


 


:) :) :) :) :) :)



Maud 27/10/2010 12:20



Je découvre ce blog aujourd'hui grace à l'excellent Authueil et ne peut qu'encourager sa reprise!



Muscardin 26/10/2010 10:11



Ce genre de Blog est trop rare pour que vous vous absteniez de revenir. Merci d'avance.



PP 25/10/2010 20:54



Autant je ne partage pas votre point de vue sur la QPC, autant je me réjouis d'avance que vous reveniez, entre autres pour pouvoir nous l'exposer. Je ne pense pas qu'il me convaincra, mais je
sais d'avance qu'il sera pertinent, comme tout ce que vous aviez écrit avant de vous interrompre.


En espérant vous relire très vite, sur la QPC comme sur le reste !